nouvelles

— Révolution

Il suffit d’ouvrir le journal, la radio, la télé, de consulter les réseaux sociaux, de tendre l’oreille et de prêter attention pour constater que l’on parle davantage des aînés et du vieillissement de la population et que les aînés eux-mêmes prennent davantage la parole : indignation, dénonciation, revendication et aussi cris du coeur, propositions, rêves et aspirations. Avant que cette pandémie n’éclate, PRÉSÂGES parlait déjà d’une révolution dans le monde du vieillissement, cumulant les indices d’un mouvement qui prenait de l’ampleur pour concevoir le vieillissement autrement, penser et agir différemment. Si la pandémie a révélé plusieurs failles de notre système, elle aura aussi (r)éveillé bien des consciences sur les rôles et la place des aînés dans notre société, dans nos communautés, dans nos vies.

PRÉSÂGES accompagne le changement

Il fait bon de constater à quel point les aîné.es de tous âges demeurent déterminés à participer à leur communauté, à faire une différence, à partager, à collaborer, à être utiles, à être reconnus, à apprendre et à participer au bonheur collectif, chacun à sa façon, selon ses aptitudes et ses aspirations. Déterminés à être solidaires des autres générations et des autres enjeux de la société.

Pour preuve, ces futurs entrepreneur.es de Mûr.e pour entreprendre adaptent et déploient leurs ressources pour faire une différence au-delà du confinement. Ces bénévoles aîné.es qui participent au Rendez-vous virtuels innovent et trouvent des solutions pour soutenir leur communauté et rester actifs malgré les contraintes. Ces aîné.es de partout prennent la parole et passent à l’action. Ces organisations qui sollicitent PRÉSÂGES pour les accompagner vers un développement stratégique plus pertinent et une amélioration de leurs pratiques en concordance avec les nouvelles réalités du vieillissement. Autant d’indices qui montrent que les choses bougent, que les perceptions changent, que les aîné.es sont entendus… que la révolution est en marche. Une révolution pour un mieux vieillir, mais aussi pour une société meilleure où sont conviées toutes les générations.

PRÉSÂGES constate une volonté partagée

En sa qualité de pôle d’innovation sociale sur le vieillissement, PRÉSÂGES collabore à divers projets, accompagne les réflexions et est consulté par les acteurs du milieu conscients que plus rien n’est pareil. Notre vision innovante et inclusive du vieillissement est partagée par un nombre sans cesse grandissant de personnes et d’organisations. De plus en plus de voix se font entendre pour inviter à faire autrement. En décembre dernier, à la suite de la sortie de l’étude Bien vieillir au Québec réalisée par l’Observatoire québécois des inégalités, Claude Pinard, directeur général de la fondation Mirella et Lino Saputo et le gériatre Réjean Hébert, appuyés par 34 autres signataires dont PRÉSÂGES, publiaient une lettre d’opinion où ils plaident l’urgence de tenir une conversation nationale sur le vieillissement.

 

« Il est grand temps que toute la société civile soit au cœur de la solution,
plutôt que d’être limitée à son rôle d’utilisatrice silencieuse de solutions mal adaptées. »
– Claude Pinard et Réjean Hébert

 

Cette lettre vient confirmer la pertinence d’initiatives telles que Forum Habitats lancé l’an dernier par François Grisé d’Un et un font mille. Développé en complicité avec l’Institut Goethe, l’École d’innovation sociale Élisabeth Bruyère, percolab et PRÉSÂGES, ce forum crée un espace de consultation collective autour de « Comment voulons-nous habiter notre vieillesse ? » et débouchera sur une pièce de théâtre-documentaire. Mais surtout, ce forum aura mis en action des personnes d’âge mûr qui n’avaient pas de tribune où livrer leurs aspirations.

 

« Nous sommes en mesure de faire des choix éclairés par rapport à notre longévité
et notre conception collective du vieillissement a pris de la valeur. »
– Extrait de la vision de Forum HABITATS

 

Au cours de cette année, PRÉSÂGES initiera et prendra part à des activités de réflexion et d’action autour du vieillissement et de notre pouvoir individuel et collectif à continuer de faire partie de la société active peu importe où on est rendu dans notre parcours de vie.