nouvelles

— Une question de contexte

Linda communique. C’est une personne de contact. Elle a cumulé diverses expériences de travail surtout auprès d’OSBL, toujours autour de la communication. Linda sait écouter. Elle consulte et observe son entourage, pour mieux le comprendre, pour demeurer pertinente et pour guider ses actions. Elle a constaté l’âgisme vécu autour d’elle, elle a pris acte de l’amertume des gens de plus de 50 ans qui triment fort pour trouver du travail et qui sont stigmatisés à cause d’un chiffre, celui de leur âge, souvent sans égard pour leurs compétences. Elle a observé la désillusion du « Liberté 55 ». Elle a pris conscience de toute l’expertise et de toutes ces aptitudes professionnelles transférables qui risquent de rester inutilisées parce que le marché de l’emploi n’est pas toujours adapté…

Tout au long de sa carrière, Linda a défendu des causes, elle s’est battue contre des préjugés. Dans ses expériences on retrouve aussi un passage dans une école Montessori dont la philosophie est centrée sur le respect de l’enfant, qui est considéré comme étant apte à s’initier à de nouvelles connaissances sans effort, spontanément et dans la joie pourvu que le contexte y soit propice.

L’importance du contexte, Linda l’a compris. Cette philosophie, elle la porte encore aujourd’hui, pour les personnes en général et les adultes approchant l’âge de la retraite en particulier. Et puis il y a eu comme un déclic : une fatigue de se « battre contre » et une volonté « d’agir pour ».

Et si elle créait un contexte propice à une redistribution du travail plus adaptée à la réalité des personnes de 50-60 ans et plus? Et si ces dernières n’étaient pas les seules à rêver d’un emploi de 2-3 jours semaine? Et si une « transition à rebours » était possible vers la retraite : 5-4-3-2 jours par semaine, puis retraite? Tant de questions, tant de possibilités!

La tâche est colossale, mais ô combien stimulante! Identifier les besoins et aspirations des travailleur.se.s âgé.e.s; sonder l’ouverture des entreprises et des organisations à moduler leurs descriptions de postes; explorer le partage des tâches d’un emploi pour 2 personnes selon les forces de chacun; prévoir les impacts positifs et négatifs; changer les perceptions…

Paris ne s’est pas construit en un jour… Au sein de la cohorte de Mûr.e pour entreprendre, Linda a développé la page Facebook pour le projet Ancr’âge Travail et établi un plan de match. Pour atteindre les objectifs de son projet, Linda veut donner la parole aux travailleurs et travailleuses matures. Elle veut prendre le temps de faire le tour de la question, ou plutôt des questions. Les motivations, aspirations et espoirs varient tant d’une personne à l’autre!

Linda a besoin de vous! Si vous êtes une personne de plus de 45 ans qui aimerait échanger sur ses rêves professionnels, si vous êtes un employeur, si vous avez vécu une expérience pertinente pour le projet de Linda, cliquez ici! Et contribuez à changer les perceptions sur l’apport des travailleur.se.s de plus de 50 ans. Ou communiquez directement avec Linda à cette adresse : ancragetravail@gmail.com.